Apprendre à gérer la douleur, contrôler son stress et maîtriser sa respiration : l’hypnose et la sophrologie sont des méthodes de préparation à l’accouchement particulièrement recommandée pour les futures mamans qui ne peuvent ou ne souhaitent pas avoir recours à une péridurale.

Elles apportent également des clefs précieuses pour toutes les femmes enceintes qui souhaitent aborder sereinement le jour J.

Une préparation mentale à l’accouchement est en effet un puissant allié pour gérer les contractions et supporter la douleur d’un accouchement. Même si vous accouchez sous péridurale, les exercices d’hypnose sont utiles, ils apportent un vrai confort, moins de stress, et des outils pour vous aidez pendant durant tout le travail.

Comment se déroulent les séances de préparation ?
Je conseille de démarrer les séances au sixième mois de grossesse, à raison d’un rendez-vous d’une heure tous les quinze jours.

Nous allons apprendre essentiellement à gérer la douleur. La gestion de la douleur prend un certain temps et requiert de se familiariser avec plusieurs techniques.
La préparation  met également l’accent sur la sensorialité, avec des exercices permettant de travailler sur les muscles du périnée et la dilatation du col utérin.

Récupération et respiration
Les séances  donnent également des clefs pour récupérer entre deux contractions au moment du travail précédant l’accouchement. Nous apprendrons  à alterner entre une contraction et une phase de relaxation profonde immédiate, un peu sur le modèle des micro-siestes des navigateurs, Le travail sur la respiration est  primordial.

Enfin, l’implication du papa dans la méthode est une condition essentielle pour un accouchement sous hypnose réussi. Il pourra ainsi prendre le relais et incarner un repère rassurant pour la maman, l’aidant ainsi à se détendre.